Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
La Monongahéla

se trouvait seul sur, les rangs. Aussi le roi qui lui avait déjà donné plusieurs marques de sa bienveillance, surtout depuis la surprise de Valencienne par les mousquetaires, dont il faisait partie, accorda très-volontiers son consentement, et le premier août 1703, il était nommé « gouverneur et lieutenant-général en Canada, Acadie, île de Terreneuve et les autres pays de l’Amérique Septentrionale. »

Disons en passant que ce règne, qui dura quatorze années, fut assez heureux. C’est en effet sous l’administration de M. de Vaudreuil qu’eût lieu la destruction des établissements anglais de Deerfield et de Haverhill, en 1704 ; la prise de St-Jean de Terreneuve en 1709, que nous aurons l’avantage de rapporter plus loin en détail ; la destruction de la flotte de Sir Hovenden Walker sur les rochers de l’île aux Œufs en 1711. Ajoutons le massacre de 2, 000 Outagamis par les Français, près de Détroit, en 1712.

C’est aussi sous ce règne que Port-Royal (Annapolis) fut pris par les Anglais en 1710 et que fut signée la paix d’Utrecht en 1713 qui cédait Terreneuve, la Baie d’Hudson et l’Acadie à l’Angleterre.

Vers 1714, M. de Vaudreuil fit un voyage en France sur le vaisseau du roi le Héros. Madame de Vaudreuil l’avait devancé cinq années auparavant. Elle fut fait prisonnière dans ce voyage par un vaisseau anglais, traitée avec les plus grands égards par le capitaine et conduite près du Hâvre-de-Grâce. Son