Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
226
La Monongahéla

rappeler leurs anciens protecteurs et les toits sous lesquels ils avaient Coutume de s’abriter.

« Lorsque les navires anglais arrivèrent à Port-Royal pour enlever les familles acadiennes des environs, les soldats ne trouvèrent personne ; tous les habitants s’étaient retirés dans les bois, d’où la famine força plusieurs familles à sortir pour se rendre à ceux qui les poursuivaient ; les autres se retirèrent dans la profondeur des forêts, auprès de leurs amis les Micmacs et se réfugièrent ensuite au Canada.

« Dans quelques jours, les Anglais brûlèrent deux cent cinquante-trois maisons dans les environs de Port-Royal.

« Les malheureux Acadiens voyaient avec désespoir les soldats anglais promener la torche incendiaire dans leurs villages, sans Oser offrir de résistance ; mais lorsqu’ils les virent s’approcher de la chapelle catholique pour y mettre le feu, ils se jetèrent sur les soldats, en tuèrent ou en blessèrent vingt-neuf et forcèrent les autres à s’éloigner. Après avoir venger l’injure gratuite faite à leur religion, ils se rejetèrent au fond des bois. »

Cette malheureuse épopée, dont le seul récit fait frémir d’indignation, se passait quelques semaines après les faits qui nous restent à raconter.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Le 8 juillet de cette même année 1755, à la tombée de la nuit, M. de Contrecœur parcourait d’un pas