Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
214
La Monongahéla

accordons ce qu’il demande. Dans combien de temps nous donnera-t-il une réponse ?

— « Dès demain ! fit mon maître.

— « C’est bien, reprirent les chefs sauvages ; les Espagnols auront vécu jusque-là s’ils ne nous rendent pas justice. »

— Mon maître est entré tout à l’heure dans le fort et s’est logé dans une hôtellerie. Demain il rencontrera Don Pedro et l’alcade à l’hôtel-du-gouvernement.

— Mais pourquoi pas ici ? fit Doña Maria surprise.

Médard Jallot hésita à répondre, mais considérant sans doute qu’il valait mieux dire toute la vérité :

— Parce qu’il ne veut pas revoir la senora avant son départ pour la Louisiane.

— Et ce départ aura lieu ?

— Immédiatement après l’entrevue.

— Mon Dieu ! s’écria la jeune fille en joignant les mains, comment faire ?

L’aventurier sourit sous son large sombrero et indiquant du doigt l’endroit de la terrace où Doña Maria avait aperçu Daniel pour la dernière fois :

— On prétend, dit-il, que la force du souvenir ramène toujours aux endroits où l’on a aimé et où l’on a souffert !…

La jeune fille baissa la tête et réfléchit. Quand elle la releva, Médard Jallot avait disparu ; mais