Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
211
La Monongahéla

blante et s’approchant de l’inconnu, elle reprit d’une voix altérée :

— Señor, est-ce une illusion ? Mais il me semble que je vous ai vu ici ? que vous étiez avec un jeune officier français…

— Que Dieu bénisse la señora de m’avoir reconnu.

— Mais alors, reprit-elle en saisissant avec force le bras de son interlocuteur, si vous êtes seul ici, c’est qu’il est mort, lui ?… Ô mon Dieu ! Santa Maria ! ayez pitié de moi !

Et succombant sous le poids de son émotion, la jeune fille se laissa glisser sur ses genoux.

— Ah ! je savais bien que mon maître se trompait ! Cette douleur en est la meilleure preuve, murmura l’étranger dans la personne duquel nos lecteurs ont sans doute reconnu Médard Jallot, le valet de Daniel de St. Denis.

S’approchant de la jeune fille :

— Señora, dit Jallot, les larmes sont si amères qu’il ne faut pas les prodiguer sur le sort des personnes qui se portent bien.

—— Que dites-vous ? fit Dona Maria en se redressant.

— Je dis que mon maître est vivant, mais qu’il est bien triste et bien malheureux.

— Merci, mon Dieu ! reprit la jeune fille ; voilà la première joie que vous ayez fait descendre dans