Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
La Monongahéla

Mexique eût peur de s’attirer une mauvaise affaire qui l’aurait fort embarrassé dans le moment.

Et voilà pourquoi aussitôt qu’un courrier lui eût fait connaître l’injonction de M. de Bienville, les procédés changèrent à l’égard de Daniel.

Le même soir, le vice-roi donna un grand banquet en son honneur auquel furent invités tous les officier de la garnison.

À quoi auraient servi à Daniel les reproches et les récriminations au sujet de son emprisonnement ? À rien autre chose qu’à augmenter la fausseté de sa position. Il accepta donc comme véritables les explications plus ou moins boiteuses du vice-roi.

Celui-ci fut plein d’égards et d’attentions pour son prisonnier devenu son hôte, et bientôt, le bon vin aidant, la plus franche gaieté régna parmi les convives.

— Señor de St-Denis, dit tout à coup le vice-roi, je me suis laissé dire que dans votre pays les officiers de votre mérite, s’ils n’appartiennent pas à de grandes familles, sont exposés à rester dans les grades inférieurs ?

— Il est malheureusement vrai, monseigneur, répondit Daniel, que ce triste état de choses existe ; mais je crois que sous ce rapport l’Espagne ne le cède pas beaucoup à la France.

— À cette différence près, señor, reprit le vice-roi, que le même préjugé ne règne pas dans nos colonies.