Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
201
La Monongahéla

expédition, et ne retint auprès de lui que son domestique Médard Jallot.

De Saint-Denis ne put partir cependant que l’année suivante et fit le voyage sous la conduite d’un officier escorté de vingt-cinq cavaliers.

Apparemment que le jeune homme avait été fortement recommandé au vice-roi ; car celui-ci, sans examiner son passe-port, sans avoir même voulu l’entendre, le fit jeter en prison à son arrivée.

La maladie de Daniel, maladie du cœur, ne fit qu’augmenter entre ces quatre murs. — Car qu’est-ce que l’amour, sinon une maladie, une expansion soudaine du cœur au détriment de la tête ! —

Depuis plus d’un an, il avait combattu l’affection dont il souffrait, lui opposant toutes les rigidités de sa volonté, toutes les objurgations austères de la raison.

Il n’avait pu le vaincre et le subissait chaque jour, à chaque heure, à chaque moment, sous un aspect nouveau, dans ces insaisissables et fugaces retours du passé qui viennent on ne sait comment, on ne sait pourquoi, à l’occasion d’un paysage entrevu à travers les barreaux de la prison, d’une brise qui vous caresse ou d’un éclair qui vous éblouit.

Et il rêvait appuyé sur le bord de la seule fenêtre qui éclairait sa prison.

Ses rêves !… Il n’en avait plus qu’un. C’était