Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
199
La Monongahéla

ville qui épousera ce jour-là ma nièce et pupille, mademoiselle Irène de Linctôt. Nous espérons, messieurs, vous voir tous assister à cette double cérémonie.

Des bravos enthousiastes saluèrent ces paroles du gouverneur de la Nouvelle-France.


XX

L’hospitalité espagnole.


On se rappelle que le commandant de Presidiô del Norte n’ayant pas voulu prendre sur lui d’entrer en négociation avec l’envoyé du gouverneur français de la Louisiane, sans en obtenir le consentement du gouverneur de Caouil, avait exigé que Daniel de St-Denis s’y rendit, et pour cette fin lui avait fourni une escorte.

Don Pedro avait un autre motif en agissant ainsi : celui d’éloigner le jeune homme de sa fille Maria pour laisser le champ plus libre à Don Gusman de Sântocha.

Caouil se trouvait à soixante lieues de Presidio del Norte, sur la grande route de Mexico, que Daniel parcourut en peu de jours, grâce aux chevaux qui lui avaient été fournis pour lui et les hommes de son escorte.