Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
168
La Monongahéla

stationnaire aussitôt qu’il fut entré dans les eaux de la baie.

— Mille sabords ! fit le vieux maître en se redressant, au gabarit, à la mâture, vous le voyez comme moi, mes enfants, c’est un anglais qui est pris dans une accalmie. Et le lieutenant de Neuville qui n’est pas là.

— Mais, maître qu’est-ce qu’il y pourrait faire, le lieutenant ? répondirent plusieurs voix.

— Comment ! ce qu’il pourrait y faire ? Mais vous ne voyez donc pas qu’il n’a que trente canons ? que c’est tout au plus s’il y a cent cinquante hommes à bord !

— Oui, maître. Après ?

— Qui peut nous empêcher de le prendre ?

— Avec quoi ?

— Mais n’avons-nous pas nos armes ? Ne pouvons-nous aborder le navire dans les chaloupes qui sont-là attachées au rivage ?

— Elles sont bien vieilles ! fit Pompon.

— Quoique ça fait si elles peuvent nous porter jusque-là ? Qu’elles coulent ensuite, je m’en bas l’œil.

— Oui, mais le lieutenant n’est pas là et il n’arrivera pas avant la nuit.

Bertrand réfléchit pendant quelques minutes, puis relevant la tête :