Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
167
La Monongahéla

posés qu’entourait une bande noire qui figurait probablement un nom écrit.

— Qu’est-ce que c’est que ça ?

— Ça ?

— Oui, maître, ça ?

— C’est le nom respectable d’une certaine payse à laquelle j’ai juré il y a trente ans fidélité et qui m’aimait d’une furieuse manière, qu’elle m’en a donné des preuves.

— Quelles preuves ? maître.

— S’il t’arrive, mon garçon, de naviguer dans les eaux d’une femme et qu’elle soit bonne et douce pour toi, ouvre l’œil, c’est qu’elle t’aime pas, et je serais moi-même une pauvre espèce d’individu auprès de ma payse, si elle ne m’avait pas étrillé plus d’une fois avec des circonstances dont le détail te ferait frémir. Je ne t’en citerai qu’une. Pour lors c’était en 1690 ; je venais de faire un voyage à la Baie d’Hudson et…

Le vieux maître en était là de son début, quand il resta tout à coup bouche béante, ses petits yeux démesurément ouverts, stupéfié d’étonnement comme si la tête de Méduse se fut présentée devant ses yeux.

Tous les matelots suivirent la direction de son regard et aperçurent, débouchant au pied du cap, un navire de guerre poussé par le courant et qui resta