Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
160
La Monongahéla

Le jeune homme ne daigna pas même détourner la tête.

— Mais, reprit-elle affolée, vous êtes encore exposé ; la mort vous attend peut-être plus loin. Daniel restez… je vous en prie ! je le veux !

Daniel se retournant :

— Eh bien ! Doña Maria, dites un mot, un seul mot, dites que vous haïssez mon rival, et je reste !

Un combat violent parut se livrer dans l’âme de la jeune fille ; elle enveloppa Daniel d’un long et tendre regard de reproche, mais elle resta muette.

Pour l’homme de l’âge de Daniel, le cœur de la femme est un livre fermé — Combien peuvent se vanter de l’avoir vu complètement ouvert ? — Ce n’est que lorsqu’il a perdu ce magnétisme de la première jeunesse, si puissant malgré l’inexpérience, qu’il peut prétendre à soulever un coin du voile qui cache les mystères que ce cœur renferme, triste compensation que Dieu accorde à la maturité de l’âge.

Si le jeune officier eût eu cet âge-là, il serait resté ; mais il n’avait que vingt-six ans, il avait passé presque toute sa vie dans l’isolement du marin, il aimait pour la première fois.

— Eh bien ! adieu donc pour toujours ! dit-il en voyant que la jeune fille ne répondait pas, je ne suis plus votre hôte.

Puis il franchit la muraille avant que Doña Maria eût deviné son mouvement.