Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
La Monongahéla

vis pour la première fois, parmi cette foule où vous étiez la reine par la beauté ? À peine entendis-je le son de votre voix, qu’elle me sembla douée d’un charme que n’avaient pas les voix que j’avais entendues jusque-là.

— Je n’ai pas oublié la bravoure dont vous fîtes preuve en cette circonstance Mais à quoi bon rappeler le temps qui n’est plus ?

— Le temps qui n’est plus ! Appelez-vous ainsi celui d’où me semble dater ma vie ? Mais ce temps n’est pas passé pour moi, il me parait que c’était hier !

Puis effeuillant mélancoliquement tous ses souvenirs comme on effeuille un bouquet donné par une infidèle, et dont cependant on regrette chaque fleur qu’on détruit, le jeune homme lui rappela ses heures de douces causeries sur la véranda presque tous les soirs depuis trois mois qu’il était auprès d’elle, ces moments d’ivresse quand la jeune fille laissait deviner les trésors de son cœur et qu’elle semblait le lui offrir ; ces demi-aveux qui le transportaient au ciel pour le laisser retomber ensuite sur la terre quand, quelques instants après, par ses coquetteries à l’adresse de Don Gusman, elle venait leur donner un démenti.

Si, dans ce moment-là, au lieu de baisser les yeux, Daniel les eût fixés sur Doña Maria, il eût vu dans son regard, sur son front ce tressaillement dont le