Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
136
La Monongahéla

Et surprenant un mouvement du jeune homme :

— Oh ! remarquez bien, señor, continua-t-elle, que je ne cherche pas à trahir votre incognito si vous désirez le garder.

— Non, señora, je ne tiens nullement à garder mon incognito, répondit en souriant le jeune homme. La chose me serait totalement impossible du reste, puisque je suis directement accrédité auprès de Don Pedro.

— Comment cela ? fit le vieillard.

— Don Pedro de Vilescas, je suis le lieutenant Daniel de St-Denis servant sur le Neptune, vaisseau du roi de Prance, mon maître. Je vous suis envoyé, muni de pleins pouvoirs, par M. de Bienville, gouverneur de la Louisiane, afin de négocier avec vous certaines affaires dont j’aurai l’honneur de vous entretenir, aussitôt que vous jugerez à propos de m’accorder une audience.

— Pardon, señor, fit le vieillard on se levant, si je ne vous ai pas accueilli avec les égards qui vous étaient dus ; mais j’ignorais votre qualité. Soyez mille fois le bienvenu dans ces solitudes et faites-moi l’honneur de rester mon hôte tout le temps que vous passerez parmi nous. Permettez-moi de vous présenter Don Gusman de Santocha, l’alcade de Presidio del Norte ; quant à ma fille, vous la connaissez…

Le jeune homme salua.

— Et maintenant, reprit Don Pedro, rentrons au