Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/132

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
134
La Monongahéla

des flots d’écume rougie, et c’est à peine si son vainqueur a le temps de se dégager et de sauter légèrement sur le sol.

Les acclamations redoublent ; tous les spectateurs sont debout et agitent leur mouchoir. L’inconnu, ayant retiré sa rapière du corps de l’animal, l’essuie avec un des voiles de pourpre et la remet tranquillement au fourreau.

Il se dispose à se soustraire à l’ovation que lui a valu son acte de courage, quand un des banderillas l’invite, de la part de Don Pedro, à se rendre dans la tribune.

Le jeune homme ne pouvait décliner l’invitation sans manquer aux égards dûs à cet important personnage. Du reste, il serait peut-être téméraire d’affirmer qu’elle n’allait pas au-devant de ses désirs secrets.

En entrant dans la tribune, son premier regard fut pour Dona Maria, qui rougit de nouveau. Était-ce de timidité ? Était-ce de plaisir ? Grave problème que nous nous sentons incapable de résoudre.

Don Pedro vint au-devant du jeune homme la main tendue.

— Señor, lui dit-il, vous pardonnerez à un vieillard la manière un peu indiscrète peut-être avec laquelle il s’est permis de vous attirer ici. Mais vous appartenez sans doute comme moi à la noble profession des armes ; or, entre militaire on n’y met