Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/126

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
128
La Monongahéla

— Je vous donne douze hommes et vous partez dans une semaine. Est-ce convenu ?

— Oui, mon commandant. Aurai-je la permission d’emmener mon ordonnance, Médard Jallot ?

— Et vous, Sérigny, y voyez-vous quelque objection ?

— Aucune, mon frère, et je donne mon consentement de tout cœur.

— Si vous n’avez aucune répugnance à rester seul, j’emmène dîner ces messieurs ?

— Je prierai seulement M. de St-Denis de venir avant la soirée.

M. de Bienville prit congé de son frère, et quelques instants après un canot le déposait sur le rivage avec ses deux compagnons.


XIII

Un spectacle national.


Il y avait grande réjouissance ce jour-là au fort espagnol nommé Presidio del Norte. Tous les habitants de la place, et même des villages voisins, se dirigeaient vers une vaste enceinte, environnée de nombreux gradins, préparée pour la circonstance à quelques verges du fort.

Rien de pittoresque comme les coutumes que l’œil