Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
124
La Monongahéla

qui avaient le maniement des deniers publics de recevoir et d’acquitter les billets de banque sans escompte ; elle put dès lors assigner sept et demi pour cent d’intérêt.

— Mon cher frère, ajouta M. de Sérigny, il faut avoir vu de ces yeux pour le croire la fièvre d’agiotage qui s’est alors emparée de toute la population de la France, en général, et de Paris, en particulier. Tout le monde donne son or, ses joyaux, pour se procurer les petits papiers de M. Law. Gare à la dégringolade.

Mais passons. C’est quelques mois après que s’est formée une nouvelle société de commerce sous le nom « d’Occident ou du Missisipi, » dont l’objet est la culture des colonies françaises dans l’Amérique du Nord.[1]

Comme vous le verrez dans vos instructions, la compagnie d’Occident a, en Louisiane comme ailleurs, « le privilège de recevoir à l’exclusion de tous autres dans la colonie du Canada, à commencer le premier janvier 1718, jusqu’à et compris le dernier décembre 1742, tous les castors gras et secs que les habitants de la dite colonie auront traités. »

La Louisiane passe à la compagnie avec tous les droits analogues à ceux que l’ancienne compagnie des Cent avait autrefois sur le Canada, et pour en augmenter la valeur, un autre arrêt réunit au gou-

  1. Ferland.