Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
La Monongahéla

vaisseau avait reçu l’ordre de transporter des colons en Louisiane et de se mettre à la disposition de M. Bienville qui en était alors gouverneur.

Au moment où Daniel entra, la conversation semblait animée entre M. de Bienville et son frère, M. de Sérigny, à demi couché sur un divan.

— Et vous dites que cet aventurier écossais, ce Law, vient d’être nommé contrôleur-général des finances ? disait M. de Bienville.

— Oui, mon frère.

— On a donc perdu la tête ?

— Si vous connaissiez tout !

— Qu’y a-t-il encore ?

— En peu de mots, je vais vous mettre au courant. Aussi bien ce sera l’explication des ordres dont je suis porteur pour vous.

Vous savez comme moi que M. de Crozat, qui avait un privilège pour le pays que vous administrez, voyant ses affaires aller au plus mal, grâce à son impéritie, l’a remis au roi l’année dernière.

La banque de Law venait d’être établie sous l’autorité du régent. La célèbre aventurier écossais crut que l’occasion serait favorable pour établir le système financier qu’il avait élaboré dans son imagination inventive. Pour donner à la banque un crédit qui répondit à l’étendue des entreprises qu’elle devait former, un arrêt du conseil ordonna à ceux