Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
121
La Monongahéla

mandant, dit Daniel, j’aurai l’honneur de vous présenter un jeune officier canadien, M. Du Gué de Boisbriand, qui a sous sa conduite les concessionnaires que le gouvernement vous envoie.

M. de Bienville saisit un cable que Daniel lui jeta, puis, avec la dextérité d’un homme de mer, il gravit les échelons cloués sur le flanc rebondi du navire, et en deux enjambées il fut auprès du jeune marin.

En ce moment s’avançait effectivement vers eux un jeune homme portant l’uniforme des troupes de terre qui fut présenté par Daniel à M. de Bienville, et tandis que celui-ci, conduit par cette officier, se dirigeait vers la dunette du vaisseau, le jeune marin retournait à son poste.

Comme on arrivait au mouillage :

— Range à carguer les voiles de hune, le foc et la brigantine ! cria Daniel ; faites penand !

L’ordre s’exécuta avec la plus grande promptitude.

— Amène et cargue partout !

Au dernier commandement, toutes les voiles s’abaissèrent et le navire s’avança d’une façon insensible, ne marchant plus que par la seule force de l’impulsion donnée.

Enfin dès qu’il fut devenu presque stationnaire :

— Mouille ! fit de nouveau Daniel.