Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
118
La Monongahéla

ou trois établissements qui excitaient pourtant la jalousie des Anglais de la Caroline. Ceux-ci résolurent d’envoyer des troupes vers le Mississipi. Mais pour mettre ce projet à exécution, il fallait passer sur les terres de tribus sauvages amis des Français, la nation des Chactas notamment. Pour se les rendre favorables, la reine d’Angleterre leur envoya de grands présents. M. d’Artaquette, commissaire-ordonnateur dans le gouvernement de la Louisiane, en fut informé aussitôt et demanda en France les secours nécessaires pour faire face à toutes les éventualités.

Tel était l’état des choses au moment où nous reprenons notre récit.


XII

Sous d’autres cieux.


Le 24 février 1718, les rares curieux de la Nouvelle-Orléans, dont M. de Bienville avait jeté les fondements l’année précédente, suivaient avec, un vif intérêt les mouvements d’un vaisseau qui faisait les plus persévérants efforts pour atteindre la ville.

C’était toujours une grande affaire à cette époque que l’arrivée d’un navire d’outre-mer ; mais l’intérêt prenait des proportions inusitées ce jour-là, attendu