Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/112

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
La Monongahéla

immense quantité de blé dont une partie, depuis l’ouverture des canaux du St. Laurent, passe par le Canada pour se répandre sur les marchés de l’Europe. »

Le P. Marquette resta parmi les sauvages de l’Illinois et Jolliet revint à Québec pour rendre compte de sa mission.

En descendant le fleuve, il faillit se noyer dans les rapides au-dessus de Montréal et perdit tous ses papiers qu’il refit de mémoire plus tard.

Le P. Marquette fut bientôt attaqué d’une maladie qui ne pardonne pas. Il se mit en route dans le dessein de se rendre à Michillimakinac pour pouvoir mourir au milieu de ses frères et recevoir les secours de la religion ; mais Dieu le trouvait assez mûr pour le ciel et voulait l’appeler à lui sur les lieux même de ses exploits, à la plus grande gloire du Christ.

Ses forces le trahirent bientôt. Ayant pénétré dans une petite rivière, ses compagnons élevèrent à la hâte sur ses rives une méchante cabane d’écorce et ils y couchèrent l’illustre malade le mieux qu’ils purent.

Au milieu de ses souffrances, le seul souci du saint missionnaire fut de consoler ses compagnons. Il les exhorta à la confiance en Dieu qui ne les abandonnerait pas dans ces vastes solitudes. Puis il leur donna quelque temps pour se préparer à recevoir le sacrement de pénitence, qu’il voulait leur adminis-