Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
110
La Monongahéla

« L’histoire des travaux des missionnaires se rattache à l’origine de toutes les villes célèbres de l’Amérique française. Pas un cap n’a été doublé, pas une rivière n’a été découverte sans qu’un jésuite en ait montré le chemin. »[1]

Cependant les laïques, tantôt pour s’illustrer par de brillantes découvertes, tantôt pour s’enrichir par la traite des pelleteries, ont quelquefois frayé la route aux missionnaires. Nous citerons parmi les plus célèbres, Champlain lui-même, Nicolet, Perrot, Jolliet, La Salle et la Vérendrye.

Nous croyons qu’il entre dans l’idée qui a présidé à cet humble ouvrage, de faire connaître en peu de mots les principales découvertes que nous devons à ces hommes héroïques. Aussi bien, ce récit, que nous empruntons en grande partie au Dr. H. LaRue, de regrettée mémoire, nous conduira naturellement sur les lieux où nous avons l’intention de transporter quelques scènes de cette véridique histoire.

Champlain, le premier, avait découvert successivement la rivière Richelieu et le lac qui porte son nom, plus tard la rivière Outaouais, puis les lacs Huron et Ontario, et enfin presque tout le pays qui forme aujourd’hui la province d’Ontario,

Du temps même de Champlain, le P. Dolbeau avait parcouru les montagnes pittoresques du Sague-

  1. History of United States.