Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Fragments inédits éd. Jansen 1882.djvu/54

Cette page n’a pas encore été corrigée


44 Histoire critique de i.a rédaction des confessions

contre sa peisonne. Ses ennemis n’ont point commis, il est vrai, l’une et l’autre des méchancetés qu’il leur imputa, mais ils en ont fait un grand nombre que l’Europe ignora et que quelquefois Rousseau ne devina pas lui-même. Jamais, il est vrai, ces ennemis n’ont agi à l’égard de Rousseau avec le raffinement et la préméditation que leur attribue l’esprit troublé de l’auteur des Confessions, mais, tous étant dominés par le ’désir ardent de le perdre moralement , leurs écrits et leurs actes dénotent une conformité qui ne ressemble que trop à une conspiration. Dans des papiers publics ou privés, les Hume, les Voltaire, les Borde, les Walpole, les d’Alembert, les Grimm et tant d’autres ont peint des plus noires couleurs la vie et les mœurs de Rousseau.

L’infortuné Jean -Jacques, feuilletant son manuscrit des Con- fessions, le cœur saignant et ses yeux étant venus à tomber sur sur ces paroles de l’Introduction : »Ce n’est pas qu’à tout prendre j’aie à me plaindre des discours sur mon compCei ajouta alors sur le champ la note suivante: *J’ecrivis ceci en 1764, âgé déjà de cinquante -deux ans, et bien éloigné de prévoir le sort qui m’attendait à cet âge. f aurais maintenant trop à changer à cet article; je tiy changerai rien du tout" (92)

Rousseau rédigea cette note en automne 1766. Peu après il prit un autre parti. Abandonnant, ainsi que nous venons de le voir , la rédaction des Confessions continuée jusqu’en 1730, il se mit à en composer une nouvelle, où il rejette la grande introduction, sauf quelques phrases, et fait, dans le récit même, des suppressions et des changements essentiels. Jusqu’ici les Confessions devaient être l’expiation de la vie de Rousseau; maintenant elles se transforment en plaidoyer contre "l’injustice et te mensonge de ses ennemis." En se montrant inttis et in cute , il avait en longtemps pour but unique de «servir aux hommest, de leur apprendre «à se connaître:; mais enfin il dut penser à lui-même, prendre soin de sa réputation et de tl’honneur de sa mémoire*. (93) En effet, quelque peu ressemblant que fût le portrait que le public se faisait de Rousseau, les beautés et les traits flatteurs n’y faisaient pas absolument défaut; ses ennemis même n’avaient point osé le charger de vices sans y mêler des vertus. La rupture de Rousseau avec David Hume était venue changer tout cela. Jusqu’aux sentiments favorables de ses meilleurs amis étaient profondément ébranlés.

Rousseau pouvait dire encore dans l’Introduction de 1765: î-Puisque mon nom doit durer parmi les hommes je ne veux point qu’il y porte une réputation mensongère; je ne veux point qu’on me donne des vertus ou des vices que je n’avais pas, ni

92) Félix Bovct, Fragm. t

^id. p. 10

1765, ainsi qae nous lav.

(93) Ib. p. 4.