Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Fragments inédits éd. Jansen 1882.djvu/39

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les matériaux 29

En composant l’histoire de sa jeunesse Rousseau ne regretta qu’une longue lettre de l’année 1731, lettre contenant une espèce d’autobiographie qu’il avait composée à la demande de M. de LÀ Martineëre, secrétaire d’ambassade à Soleure. Ayant appris, que cette lettre était conservée chez M. de Marianne, il pria M. DE Malesherbes de tâcher de lui en procurer une copie. >Si je puis l’avoir . . . ., promet-il aux lecteurs, on la trouvera dans le recueil qui doit accompagner mes Confessions. >< {25) Cependant il ne réussit pas, et la lettre n’a vu le jour que dans l’édition de Dupont, Paris 1824, in 8°,

Le recueil de documents s’ouvre donc par la lettre de Vol- taire à Rousseau, du 15 décembre 1745; (26) et la pre- mière liasse des originaux, cotée liasse A, contient encore la lettre de Grimm à Rousseau, du 28 octobre 1757- (27) Une lettre de M"" d’Épinav à Rousseau, datée de Genève le i décembre 1757, a déjà trouvé sa place dans la liasse B, no 11. (28) Nous assistons au travail de l’auteur en lisant les paroles suivantes, qu’il écrit à son ami Du Peyrou, Paris, le 24 décembre 1765: sje pense que vous ferez bien .... de m’envoyer toutes les lettres et autres papiers relatifs à mes mémoires, parce que mon projet est de rassembler et transcrire d’abord toutes mes pièces justificatives; après quoi je vous renverrai les originaux à mesure que je les trauscrirai. Vous devei en avoir déjà la i>re- mière liasse; j’attends, pour faire la seconde, une trentaine de lettres de 1758, qui doivent être entre vos mains. « (29)

Dès longtemps une indiscrétion avait privé Rey de l’honneur d’être le dépositaire des manuscrits de Rousseau. (30) Celui-ci pensa depuis à Moultou de Genève (31) et à Duclos de Pa-

dans sft correspondance 1« 15 janvier 1765^ >11 (Rousseau) écrit lujourdhui contre les miracles, et pu un hazard unique il a attesté autrefois juridiquenienl UD miracle fait par l’évêque d’Annecy en Savoie.» {Conespendance Hticrairc etc. par Grimm, Diderot etc. Paris 1S78. VI. p. 181.) Et nous lisons dans une lettre que Grimm écrivit à la duchesse de Saxe-Gotha, le 7 mars 1765: «J’ai dit que par un haiard unique l’auteur (Rousseau) en avait attesté un (miracle) autrefois juridiquement. Je sais que l’Evéque d’Annecy s’avisa , il y a trente ou quarante ans, de faire je ne sais plus quel miracle, qu’on lit signer une déposition à tous les témoins oculaires du prodige et que M. Rousseau .... se trouva au nombre de ces témoins.’ [Charavay, Rivuc dis documents htstoriqttis etc. 1878. V. p. 39 etc.] — Fréron a publié le certificat de Rousseau daiu son Annit lilterairt 1765, cahier IX, p. aéo etc. [Du Peyrou à Rousseau le 23 avril 1765. Manuscr. de NeuchâtelJ, f2s) Oeuvres compl. Conf. VIII. p. m.

(26) Oeuvres compl. Confessions VIII, p. 238; »Voici sa réponse, dont l’original est dans la liasse A, no. I.<

(27) Ibid Vlll. p. 346: >La réponse de Grimm etc. Je vais la transcrire ici (Voyez liasse A, no. 59),«

^28) Ibid, p. 349: -En void le texte (liasse B, no ii).<

(29) Oeuvres compl. Corresp. IX. 302.

(30) Boscha p, 138.

(31) Oeuvres compl. Corrtsp. Rousseau à Moullou le 29 janv. 1763, IX. 32 etc.