Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Fragments inédits éd. Jansen 1882.djvu/16

Cette page n’a pas encore été corrigée


m CONSEILS À UN CURE

Jean -Jacques Rousseau abjura à Turin le calvinisme au commencement de la dix-septième année de sa vie, le 21 août 1728, et fut reçu le 23 août 1728 par un nouveau baptême dans l’Église romaine.(i) Vingt-six ans après il reprit à Genève la religion de ses aïeux, et il y fut admis à la communion le dernier lundi du mois de juillet 1754. 2)

Pour cette longue période, pendant laquelle le citoyen de Genève appartint à l’église catholique, nous ne rencontrons que très-peu de témoignages de sa foi dans sa corres^iondance et dans ses œuvres. Ce sont les suivants:

i) Lettre à Mademoiselle de Graffenried. Neuchâtel 1731- (SKi.) (3)-

2) Testament de J. J. Rousseau. Le 27 juin 1737. (4)

3} L*s vergers des Charmettes (1738), où on lit ces vers: •Aveugles citoyens [de Genève] ....

Rappelez dans voi murs celte antique concorde

Heureux si, rifrinanl la foi de -ues aïeux,

Vous n’oubliez jamais d’être libres comme eux. (5)

(1) Facsimile de l’acle d’abjuration de Jean-Jacques Rousseau à l’Archi. confrérie du Santo Spirilo à Turin, en 1728. (Bulletin d’octobre.) Turin

1877. I paEe ïn-fol. — Voyez; Calvin et Kousiiau etc. par Gaberel, Genève

1878. p. 155-

(2) Extraits des Registres du Consistoire de Genève. Facsîm, (par Cramer). Du I aoiît 1754. — Il faut remarquer, que, comme l’apostasie, la rentrée de Rousseau dans le calvinisme est restée à Genève assez longtemps le secret de la vénérable classe des Pasteurs et de quelques confidents de Rousseau. Le lecteur en a ta preuve dan» la brochure intitulée; LtUre de [homme ctoil a f homme sauvage (par Marin) Amsterdam 1763 in-iz, laquelle se trouve aussi dans le Ricueil d’opuscules concernant les ouvrages et les senlimens de nos philosophes modernes sur la religion, tédacaiion el les mœurs. À la Haye. Chez Frédéric Straatman M.DCC.LXV, p. 125—179-

(3) Oemires compCetes de J.-J. Rouiseau. Paris, Librairie Hachetle et Ci=. 1871. X. p. 4- 5-

{4) Testament de If.-J. Rousseau trouvé a Chambéry en 1820 etc. publié par Antoine Métrai, avocat. Paris. Baudouin frères. i8so. — Voyez Descartes, Rapport (à f Académie des sciences etc. de Savoie) sur la véritable découverte du testament de J.-J. Rousseau etc.

(5) Oeuvres compl, VI. p. 6.