Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Du contrat social 1762a.djvu/330

Cette page a été validée par deux contributeurs.


doivent donc compte au Souverain de leurs opinions qu’autant que ces opinions importent à la communauté. Or il importe bien à l’Etat que chaque Citoyen ait une Religion qui lui fasse aimer ses devoirs ; mais les dogmes de cette Religion n’intéressent ni l’Etat ni ses membres qu’autant que ces dogmes se rapportent à la morale, & aux devoirs que celui qui la professe est tenu de remplir envers autrui. Chacun peut avoir au surplus telles opinions qu’il lui plait, sans qu’il appartienne au Souverain d’en connoitre : Car comme il n’a point de compétence dans l’autre monde, quel que soit le sort des sujets dans la vie à venir ce n’est pas son affaire, pourvu qu’ils soient bons citoyens dans celle-ci.

    honneur à la mémoire d’un homme illustre & respectable, qui avoit conservé jusques dans le Ministere le cœur d’un vrai citoyen, & des vues droites & saines sur le gouvernement de son pays.