Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/600

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cet été de bonnes fournitures ; de les préparer, coller & ranger durant l’hiver, après quoi je pourrai continuer de même d’année en année juſqu’à ce que j’euſſe épuiſé tout ce que je pourrois fournir. Si cet arrangement vous convient, Monſieur, je m’y conformerai avec exactitude, & dès-à-préſent je commencerai mes collections. Je deſirerois ſeulement ſavoir quelle forme vous préférez. Mon idée ſeroit de faire le fond de chaque Herbier ſur du papier à lettre, tel que celui-ci ; c’eſt ainſi que j’en ai commencé un pour mon uſage, & je ſens chaque jour mieux que la commodité de ce format compenſe amplement l’avantage qu’ont de plus les grands Herbiers. Le papier ſur lequel ſont les plantes que je vous ai envoyées vaudroit encore mieux, mais je ne puis retrouver du même, & l’impôt ſur les papiers a tellement dénaturé leur fabrication, que je n’en puis plus trouver pour noter qui ne perce pas. J’ai le projet auſſi d’une forme de petits Herbiers à mettre dans la poche pour les plantes en miniature qui ne ſont pas les moins curieuſes, & je n’y ferois entrer néanmoins que des plantes qui pourroient y tenir entieres, racines & tout ; entre autres, la plupart des Mouſſes, les Glaux, Peplis, Montia, Sagina, Paſſe-pierre, &c. Il me ſemble que ces Herbiers mignons pourroient devenir charmans & précieux en même tems. Enfin il y a des plantes : d’une certaine grandeur qui ne peuvent conſerver leur port dans un petit eſpace, & des échantillons ſi parfaits que ce ſeroit dommage de les mutiler. Je deſtine à ces belles plantes du papier grand & fort, & j’en ai déjà quelques-unes qui font un fort bel effet dans cette forme.