Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/593

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


yeux & à votre eſprit, vous parveniez à claſſer, ranger & nommer vous-même celles que vous verrez pour la premiere fois ; ſcience qui ſeule diſtingue le vrai Botaniſte de l’Herboriſte ou Nomenclateur. Il s’agit donc ici d’apprendre à préparer, deſſécher & conſerver les plantes ou échantillons de plantes, de maniere à les rendre faciles à reconnoître & à déterminer. C’eſt, en un mot, un Herbier que je vous propoſe de commencer. Voici une grande occupation qui de loin ſe prépare pour notre petite amatrice : car quant-à-préſent & pour quelque tems encore, il faudra que l’adreſſe de vos doigts ſupplée à la foibleſſe des ſiens.

Il y a d’abord une proviſion à faire ; ſavoir, cinq ou ſix mains de papier gris, & à-peu-près autant de papier blanc, de même grandeur, aſſez fort & bien collé, ſans quoi les plantes ſe pourriroient dans le papier gris, ou du moins les fleurs y perdroient leur couleur, ce qui eſt une des parties qui les rendent reconnoiſſables, & par leſquelles un Herbier eſt agréable à voir. Il ſeroit encore à déſirer que vous euſſiez une preſſe de la grandeur de votre papier, ou du moins deux bouts de planches bien unies, de maniere qu’en plaçant vos feuilles entre deux, vous les y puiſſiez tenir preſſées par les pierres ou autres corps peſans dont vous chargerez la planche ſupérieure. Ces préparatifs faits, voici ce qu’il faut obſerver pour préparer vos plantes de maniere à les conſerver & les reconnoître.

Le moment à choiſir pour cela eſt celui où la plante eſt en pleine fleur, & où même quelques fleurs commencent à tomber pour faire place au fruit qui commence à paroître.