Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/590

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien caractériſtique, eſt que le pédicule de la Pomme entre dans un enfoncement du fruit, & celui de la Poire tient à un prolongement du fruit un peu alongé. De même toutes les ſortes de Ceriſes, Guignes, Griottes, Bigarreaux, ne ſont que des variétés d’une même eſpece ; toutes les Prunes ne ſont qu’une eſpece de Prunes ; le genre de la Prune contient trois eſpeces principales, ſavoir la Prune proprement dite, la Ceriſe, & l’Abricot qui n’eſt auſſi qu’une eſpece de Prune. Ainſi quand le ſavant Linnæus diviſant le genre dans ſes eſpeces à dénommé la Prune Prune, la Prune Ceriſe, & la Prune Abricot, les ignorans ſe ſont moqués de lui ; mais les obſervateurs ont admiré la juſteſſe de ſes réductions, &c. Il faut courir, je me hâte.

Les arbres fruitiers entrent preſque tous dans une famille nombreuſe, dont le caractere eſt facile à ſaiſir, en ce que les étamines, en grand nombre, au lieu d’être attachées au réceptacle ſont attachées au calice, par les intervalles que laiſſent les pétales entre eux ; toutes leurs fleurs ſont polypétales & à cinq communément. Voici les principaux caracteres génériques.

Le genre de la Poire, qui comprend auſſi la Pomme & le Coin. Calice monophylle à cinq pointes. Corolle à cinq pétales attachés au calice, une vingtaine d’étamines toutes attachées au calice. Germe ou ovaire infère ; c’eſt-à-dire au-deſſous de la corolle, cinq ſtyles. Fruits charnus à cinq logettes, contenant des graines, &c.

Le genre de la Prune, qui comprend l’Abricot, la Ceriſe, & le Laurier-ceriſe, Calice, corolle & anthères à-peu-près