Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/525

Cette page n’a pas encore été corrigée


nom de nombre. Alors il signifie une corolle monopétale profondément divisée en autant de sections qu’en indique la premiere racine. Ainsi la corolle tripétatoide est divisée en trois segmens ou demi-pétales, la pentapétatoide en cinq, &c.

PÉTIOLE. Base alongée qui porte la feuille. Le mot pétiole est oppose à sessile à l’égard des feuilles, comme le mot pédicule l’est à l’égard ; des fleurs & des fruit. Voyez Pédicule, Sessile.

PINNEE. Une feuille AILéE à plusieurs rangs s’appelle feuille

PISTIL. Organe femelle de la fleur qui surmonte le germe, & par lequel celui-ci reçoit l’intromission fécondante de la poussiere des anthères : le pistil se prolonge ordinairement par un ou plusieurs styles, quelquefois aussi il est couronne immédiatement par un ou plusieurs stigmates, sans aucun style intermédiaire. Le stigmate reçoit la poussiere prolifique du sommet des étamines, & la transmet par le pistil dans l’intérieur du germe pour féconder l’ovaire. Suivant le système sexuel, la fécondation des plantes ne peut s’opérer que par le concours des deux sexes, & l’acte de la fructification n’est plus que celui de la génération. Les filets des étamines sont les vaisseaux spermatiques, les anthères sont les testicules, la poussiere qu’elles répandent est la liqueur féminale, le stigmate devient la vulve, le style est la trompe ou le vagin & le germe fait l’office d’uterus ou de matrice.

PLACENTÀ. Réceptacle des semences. C’est le corps auquel elles sont immédiatement attachées. M. Linnaeus n’admet point ce nom de Placenta & emploie toujours celui de réceptacle.