Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/507

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais je dois parler ici des Fleurs composées & simples, parce que c’est la Fleur même & non la corolle qui se compose, comme on le va voir après l’exposition des parties de la Fleur simple.

On divise cette Fleur en complete & incomplète. La Fleur complete est celle qui contient toutes les parties essentielles ou concourantes à la fructification, & ces parties sont au nombre de quatre ; deux essentielles, savoir, le pistil & l’étamine, ou les étamines ; & deux accessoires ou concourantes, savoir, la corolle & le calice,.a quoi l’on doit ajouter le disque ou réceptacle qui porte le tout.

La Fleur est complete quand elle est composée de toutes ces parties ; quand il lui en manque quelqu’une, elle est incomplète. Or la Fleur incomplets peut, manquer non-seulement de corolle & de calice, mais même de pistil ou d’étamines ; & dans ce dernier cas, il y a toujours une autre Fleur, soit sur le même individu, soit sur un différent, qui porte l’autre partie essentielle qui manque à celle-ci ; de-la la division en Fleurs hermaphrodites, qui peuvent.être complétés ou ne l’être pas, & en Fleurs purement être complétés ou ne l’être pas, & en Fleurs purement mâles ou femelles, qui sont toujours incomplètes.

La Fleur hermaphrodite incomplète n’en est pas moins parfaite pour cela, puisqu’elle se suffit à elle-même pour opérer la fécondation ; mais elle ne peut être appelle complete, puisqu’elle manque de quelqu’une des parties de celles qu’on appelle ainsi. Une Rose, un Oeillet sont, par exemple, des Fleurs parfaits & complétés, parce qu’elles sont pourvues de toutes ces parties. Mais une Tulipe, un Lis, ne sont