Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/489

Cette page n’a pas encore été corrigée


par la section d’une partie de leur corps. En ce sens les plantes qui se multiplient par boutures & par caieux peuvent être appelées aussi Aphrodites. Cette irrégularité si contraire à la marche ordinaire de la nature, offre bien des difficultés à la définition de l’espece : est-ce qu’a proprement parler il n’existeroit point d’especes dans la nature, mais seulement des individus ? Mais on peut douter, je crois, s’il est des plantes absolument Aphrodites, c’est-à-dire, qui n’ont réellement point de sexe & ne peuvent se multiplier par copulation. Au reste, il y a cette différence entre ces deux mots Aphrodite & Asexe, que le premier s’applique aux plantes qui n’ayant point de sexe ne laissent pas de multiplier ; au lieu que l’autre ne convient qu’a celles qui sont neutres ou stériles & incapables de reproduire leur semblable.

APHYLLE. On pourroit dire effeuillé, mais effeuille signifie dont on a ôte les feuilles, & Aphylle qui n’en a point.

ARBRE. Plante d’une grandeur considérable, qui n’a qu’un seul & principal tronc divise en maîtresses branches.

ARBRISSEAU. Plante ligneuse de moindre taille que l’arbre, laquelle se divise ordinairement des la racine en plusieurs tiges. Les arbres & les arbrisseaux poussent en automne des boutons dans les aisselles des feuilles qui se développent dans le printems s’épanouissent en fleurs. & en fruits ; différence qui les distingue des sous-arbrisseaux.

ARTICULE. Tige, racines, feuilles, silique ; se dit lorsque quelqu’une de ces parties de la plante se trouve coupée par des nœuds distribues de distance en distance.

AXILLAIRE. Qui sort d’une aisselle.