Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/146

Cette page n’a pas encore été corrigée


venir que vous vous soyez dévoues à la mort aux Termopiles pour le salut des. Athéniens, si vous ne laissez comme eux ni systèmes de Philosophie, ni vers, ni comédies, ni statues ?*

[* Périclès avoit de grands talens, beaucoup d’éloquence, de magnificence & de goût : il embellit Athenes d’excellens ouvrages de sculpture, d’édifices somptueux & de chefd’œuvre dans tous les arts. Aussi Dieu fait comment il a est prône par la foule des ecrivains ! Cependant il reste encore à savoir si Périclès a été un bon Magistrat : car dans la conduite des Etats il ne s’agit pas d’élever des statues, mais de bien gouverner des hommes. je ne m’amuserai point à développer les motifs secrets de la guerre du Péloponnèse, qui fut la ruine de la République ; je ne rechercherai point si le conseil d’Alcibiade etoit bien ou mal fonde, si Periclés fut justement ou injustement accuse de malversation ; je demander seulement si les Athéniens devinrent meilleurs ou pires sous son gouvernement ; je prierai qu’on me nomme quelqu’un parmi les Citoyens ; parmi esclaves, même parmi ses propres enfans, dont ses soins aient fait un homme de bien. Voilà pourtant, ce me semble, la premiere fonction du Magistrat & du Souverain. Car le plus court & le plus sur moyen de rendre les hommes heureux, n’est pas d’orner leurs villes ni même de les enrichir, mais de les rendre bons.] Hâtez-vous donc d’abandonner des loix qui ne sont bonnes qu’a vous rendre heureux ; ne songez qu’a faire beaucoup parler de vous quand vous ne serez plus ; & n’oubliez jamais que, si l’on ne celebroit les grands hommes, il seroit inutile de l’être."

Voilà, je pense, à-peu-près ce qu’auroit pu dire cet homme, si les Ephores l’eussent laisse achever.

Ce n’est pas dans cet endroit seulement qu’on nous avertit que la vertu n’est bonne qu’a faire parler de foi. Ailleurs on nous vante encore les pensées du Philosophe, parce qu’elles sont immortelles & consacrées à l’admiration de tous les siecles ; tandis que les autres voient disparoître leurs idées avec le jour,