Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/309

Cette page n’a pas encore été corrigée


prévois ce qui vous arrivera si vous rejetez mes offres. La tyrannie d’un pere intraitable vous entraînera dans l’abîme que vous ne connaîtrez qu’apres la chute. Votre extrême douceur dégénere quelquefois en timidité : vous serez sacrifiée à la chimere des conditions [1]. Il faudra contracter un engagement désavoué par le cœur. L’approbation publique sera démentie incessamment par le cri de la conscience ; vous serez honorée & méprisable : il vaut mieux être oubliée & vertueuse.

P. S. Dans le doute de votre résolution, je vous écris à’insu de notre ami, de peur qu’un refus de votre part ne vînt détruire en un instant tout l’effet de mes soins.




LETTRE IV.


DE JULIE À CLAIRE.


Oh, ma chère, dans quel trouble tu m’as laissée hier au soir, & quelle nuit j’ai passé en rêvant à cette fatale lettre ! Non, jamais tentation plus dangereuse ne vint assaillir mon cœur ; jamais je n’éprouvai de pareilles agitations, & jamais je n’apperçus moins le moyen de les appaiser. Autrefois, une certaine lumiere de sagesse & de raison dirigeoit ma volonté ;

  1. La chimere des conditions ! C’est un Pair d’Angleterrre qui parle ainsi ! & tout ceci ne seroit pas une fiction ? Lecteur : qu’en dites-vous ?