Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t16.djvu/318

Cette page n’a pas encore été corrigée


rappelant tout ce que j’ai l’honneur de vous dire, vous ne refuserez pas d’être remboursé de l’avance que vous avez bien voulu faire pour moi."

Après tout ce qui s’étoit passé, ne pouvant plus prendre de confiance en Mde. D’E

[pina] y, je ne voulus point renouer avec elle ; je ne répondis point à cette lettre, & notre correspondance finit là. Voyant mon parti pris, elle prit le sien ; & entrant alors dans toutes les vues de

[G[...]& de la coterie H[...]e, elle unit ses efforts aux leurs pour me couler à fond. Tandis qu’ils travailloient à Paris, elle travailloit à Genève. G[...]qui, dans la suite alla l’y joindre, acheva ce qu’elle avoit commencé. T

[ronchin] , qu’ils n’eurent pas de peine à gagner, les seconda puissamment, & devint le plus furieux de mes persécuteurs, sans avoir jamais eu de moi, non plus que G[...], le moindre sujet de plainte. Tous trois d’accord semèrent sourdement dans Genève le germe qu’on y vit éclore quatre ans après.

Ils eurent plus de peine à Paris où j’étois plus connu, & où les cœurs, moins disposés à la haine, n’en reçurent pas si aisément les impressions. Pour porter leurs coups avec plus d’adresse, ils commencèrent par débiter que c’étoit moi qui les avois quittés. de-là, feignant d’être toujours mes amis, ils semoient adroitement leurs accusations malignes, comme des plaintes de l’injustice de leur ami. Cela faisoit que, moins en garde, on étoit plus porté à les écouter & à me blâmer. Les sourdes accusations de perfidie & d’ingratitude se débitoient avec plus de précaution, & par là même avec plus d’effet. Je sus qu’ils m’imputoient