Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/310

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LETTRE

DE

M. D’ALEMBERT

À. M. ROUSSEAU,

CITOYEN DE GENEVE.



Quittez-moi votre serpe, instrument de dommage.
La Font. L. xii. Fab. xx.



La lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, Monsieur, sur l’article Geneve de l’Encyclopédie, a eu tout le succès que vous deviez en attendre. En intéressant les Philosophes par les vérités répandues dans votre ouvrage, & les gens de goût par l’éloquence & la chaleur de votre style, vous avez encore su plaire à la multitude par le mépris même que vous témoignez pour elle, & que vous eussiez peut-être marqué davantage en affectant moins de le montrer.

Je ne me propose pas de répondre précisément & votre lettre, mais de m’entretenir avec vous sur ce qui en fait le sujet, & de vous communiquer mes réflexions bonnes ou mauvaises : il seroit trop dangereux de lutter contre une plume telle que la vôtre, & je ne cherche point à écrire des choses brillantes, mais des choses vraies.

Une autre raison m’engage à ne pas demeurer dans le silence ;