Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/178

Cette page n’a pas encore été corrigée


mêmes qui ont abusé de choses aussi excellentes, n’ont eu ce malheur que par la dépravation qu’ils avoient dans le cœur, bien avant qu’ils fissent servir leurs talens acquis à la manifester au dehors.

Quoi de plus méchant & de plus éclairé tout à la fois que Néron ? Quel siecle plus poli que le sien ? Ce doit être ici ou jamais, le triomphe de l’induction du Citoyen de Geneve. Mais quoi ! osera-t-il dire que c’est aux lumières, aux talens de Néron, ou de son siecle, que sont dues toutes les horreurs dont ce monstre a épouvanté les Romains ? Qu’il nous fasse donc remarquer quelques traits de ces rares talens, dans l’art de faire égorger ses amis son précepteur, sa mers ; qu’il nous fasse donc appercevoir quelque liaison entre cette barbarie qui éteignit en lui tous les sentimens de la nature, de l’humanité, de la reconnoissance, & ces lumieres sublimes & précieuses qu’il tenoit des leçons du Philosophe le plus spirituel, & le plus homme de bien de son siecle. Il est trop évident que Néron, dans ses beaux jours, est un jeune tigre que l’éducation, les Sciences & les Beaux-Arts tiennent enchaîné, & apprivoisent en quelque sorte ; mais que sa férocité trop naturelle n’étant qu’à demi éteinte par tant de secours, se rallume avec l’age, les passions & le pouvoir absolu ; le tigre rompt sa chaîne, & libre alors comme dans les forêts, il se livré au carnage pour lequel la nature sa formé. Néron tyran & cruel est donc le seul ouvrage d’une nature barbare & indomptable, & non celui des Sciences & des Arts, qui n`ont fait que retarder, & peut-être même diminuer les funestes ravages de sa férocité. Ce que je dis ici de Néron est général.