Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/540

Cette page n’a pas encore été corrigée


des Romains, si soigneux, après les grandes calamités de leur République, de combler des témoignages de leur gratitude les étrangers les sujets les esclaves & même jusqu’aux animaux qui durant leurs disgrâces leur a rendu quelques services signalés. O le beau début à mon gré que de donner solennellement la noblesse à ces bourgeois & la franchise à ces paysans, & cela avec toute la pompe & tout l’appareil qui peuvent rendre cette cérémonie auguste touchante & mémorable ! Et ne vous en tenez pas à ce début. Ces hommes ainsi distingués doivent demeurer toujours les enfans de choix de la patrie. Il faut veiller sur eux, les protéger, les aider, les soutenir, fussent-ils même de mauvais sujets. Il faut à tout prix les faire prospérer toute leur vie, afin que par cet exemple mis sous les yeux du public la Pologne montre à l’Europe entiere ce que doit attendre d’elle dans ses succes quiconque osa l’assister dans sa détresse.

Voilà quelque idée grossiere & seulement par forme d’exemple de la maniere dont on peut procéder pour que chacun voye devant lui la route libre pour arriver à tout, que tout tende graduellement en bien servant la patrie aux rangs les plus honorables, & que la vertu puisse ouvrir toutes les portes que la fortune se plaît à fermer.

Mais tout n’est pas fait encore, & la partie de ce projet qui me reste à exposer est sans contredit la plus embarrassante & la plus difficile ; elle offre à surmonter des obstacles contre lesquels la prudence & l’expérience des politiques les plus consommés ont toujour s’échoué. Cependant il me semble qu’en supposant mon projet adopté, avec le moyen très-simple que