Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/489

Cette page n’a pas encore été corrigée


fils qu’une vaine ombre de liberté sans effet, qu’anéantira bientôt la simagrée du serment fait par tous les Rois à leur sacre & par tous oublié pour jamais l’instant d’apres ? Vous avez vu le Dannemark, vous voyez l’Angleterre, & vous allez voir la Suede : profitez de ces exemples pour apprendre une fois pour toutes que, quelques précautions qu’on puisse entasser, hérédité dans le trône & liberté dans la nation seront à jamais des choses incompatibles.

Les Polonois ont toujours eu du penchant à transmettre la Couronne du pere au fils, ou au plus proche par voie d’héritage quoique toujours par droit *

[*W. mss. "usage" ] d’élection. Cette inclination, s’ils continuent à la suivre les menera tôt ou tard au malheur de rendre la Couronne héréditaire, & il ne faut pas qu’ils esperent lutter aussi long-tems de cette maniere contre la puissance royale que les membres de l’Empire Germanique ont lutté contre celle de l’Empereur ; parce que la Pologne n’a point en elle-même de contre-poids suffisant pour maintenir un Roi héréditaire dans la subordination légale. Malgré la puissance de plusieurs membres de l’Empire, sans l’élection accidentelle de Charles VII, les capitulations impériales ne seroient déjà plus qu’un vain formulaire comme elles l’étoient au commencement de ce siecle ; & les pacta conventa deviendront bien plus vains encore, quand la famille royale aura eu le tems de s’affermir & de mettre toutes les autres au-dessous d’elle. Pour dire en un mot mon sentiment sur cet article, je pense qu’une Couronne élective avec le plus absolu pouvoir vaudroit encore mieux pour la Pologne qu’une Couronne héréditaire avec un pouvoir presque nul.