Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/466

Cette page n’a pas encore été corrigée


perdu sa force sans avoir été subjuguée par la puissance exécutive. En ce moment encore la puissance législative conserve toute son autorité ; elle est dans l’inaction, mais sans rien voir au-dessus d’elle. La Diete est aussi souveraine qu’elle l’étoit lors de son établissement. Cependant elle est sans force ; rien ne la domine, mais rien ne lui obéit. Cet état est remarquable & mérite réflexion.

Qu’est-ce qui a conservé jusqu’ici l’autorité législative ? C’est la présence continuelle du législateur. C’est la fréquence des Dietes, c’est le fréquent renouvellement des Nonces qui ont maintenu la République. L’Angleterre qui jouit du premier de ces avantages a perdu sa liberté pour avoir négligé l’autre. Le même Parlement dure si longtems que la Cour, qui s’épuiseroit à l’acheter tous les ans trouve son compte à l’acheter pour sept, & n’y manque pas. Première leçon pour vous.

Un second moyen par lequel la puissance législative s’est conservée en Pologne est premiérement le partage de la puissance exécutive, qui a empêché ses dépositaires d’agir de concert pour l’opprimer, & en second lieu le passage fréquent de cette même puissance exécutives par différentes mains, ce qui a empêché tout systême suivi d’usurpation. Chaque Roi faisoit dans le cours de son règne quelques pas vers la puissance arbitraire. Mais l’élection de son successeur forçoit celui-ci de rétrograder au lieu de poursuivre, & les Rois au commencement de chaque regne étoient contraints par les pacte conventa de partir tous du même point. De sorte que malgré la pente habituelle vers le despotisme, il n’y avoit aucun progrès réel.