Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/41

Cette page n’a pas encore été corrigée


Concitoyens, il n’étoit que ce qu’ils sont tous ; & tel qu’il étoit, il n’y a point de pays où sa société n’eût été recherchée, cultivée, & même avec fruit, par les plus honnêtes gens. Il ne m’appartient pas, & grace au Ciel, il n’est pas nécessaire de vous parler des égards que peuvent attendre de vous des hommes de cette trempe, vos égaux par l’éducation, ainsi que par les droits de la nature & de la naissance ; vos inférieurs par leur volonté, par la préférence qu’ils doivent à votre mérite, qu’ils lui ont accordée, & pour laquelle vous leur devez à votre tour une sorte de reconnoissance. J’apprends avec une vive satisfaction de combien de douceur & de condescendance vous tempérez avec eux la gravité convenable aux Ministres des lois ; combien vous leur rendez en estime & en attentions ce qu’ils vous doivent d’obéissance & de respects ;