Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un hommage public ; & cette heureuse occasion suppléant en partie à ce que mes efforts n’ont pu faire, j’ai cru qu’il me seroit permis de consulter ici le zele qui m’anime, plus que le droit qui devroit m’autoriser. Ayant eu le bonheur de naître parmi vous, comment pourrois-je méditer sur l’égalité que la nature a mise entre les hommes, & sur l’inégalité qu’ils ont instituée, sans penser à la profonde sagesse avec laquelle l’une & l’autre, heureusement combinées dans cet Etat, concourent, de la maniere la plus approchante de la loi naturelle & la plus favorable à la société, au maintien de l’ordre public & au bonheur des particuliers ? En recherchant les meilleures maximes que le bon sens puisse dicter sur la constitution d’un gouvernement, j’ai été si frappé de les voir toutes en exécution dans le vôtre, que, même sans être né dans