Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’homme ne se laisse plus égarer par le mirage des vaines illusions ou l’encens de la gloriole.

Je médite mon sujet après qu’il a été ébauché par l’imagination et la pensée, je prends la plume, je suis l’inspiration pas à pas, et j’arrive à la fin de mon travail avec la conviction que j’ai accompli consciencieusement la tâche que je m’étais imposée.

Utile dulci, joindre l’utile à l’agréable, voilà le but que je me suis proposé en écrivant ces légendes que j’ai entendu raconter bien souvent.

Le Soleil du 29 juillet dernier publiait, à l’adresse de l’auteur des Légendes canadiennes, une lettre par trop élogieuse, dont je reproduis le passage suivant ;

« L’auteur de ces récits a rappelé, en un style alerte et pur, plusieurs de ces légendes que les bonnes populations de la région de Québec se transmettent de génération en génération. Hâtons-nous de recueillir les délicieuses histoires du peuple avant qu’il les ait oubliées, » a dit Charles Nodier ; c’est ce conseil que votre collaborateur, un écrivain de mérite, vient de mettre en pratique. Nous espérons qu’il conduira son œuvre jusqu’au bout.