Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Canadiens français : l’arrivée de l’intrépide découvreur du Canada, le courageux marin de Saint-Malo, l’illustre Jacques Cartier. Plus loin encore s’élèvent les paroisses des Éboulements et de la baie Saint-Paul, si recherchées des touristes pendant la saison des chaleurs. Au fond ou au sommet du tableau, surgissent les magnifiques chaînes de montagnes appelées Laurentides, dont les énormes assises se baignent dans les eaux du Saint-Laurent.

Après avoir contourné la pointe Saint-Roch, la vue rencontre les Piliers, rocher escarpé sur lequel s’élève un phare lumineux qui guide le nautonnier au milieu des ténèbres et de la tempête. Du même coup d’œil, nous admirons un charmant groupe d’îles, qui attirent l’attention de l’étranger par leur aspect sauvage et pittoresque ; nous voulons parler de l’Ile-aux-Oies, de l’Ile-aux-Grues, etc.

Comme on peut facilement en juger, nous sommes de vrais écoliers dont la curiosité est sans cesse excitée par les beautés qui nous entourent ; il nous faut tout voir et tout contempler. Aussi nous avons bien le temps, avec notre vieille bourrique, qui sue déjà sang et eau, bien qu’elle n’ait pas encore fait un pas de course. Tout de même nous avançons toujours. Et puis, nous sommes heureux : nous éprouvons de douces et pures jouissances, nous respirons à l’aise, nos forces se retrempent, notre imagination s’échauffe et s’enflamme, notre intelligence se déve-