Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Non, lui répondis-je ; je n’ai pas eu le temps d’apprendre tout le nouveau qui s’est passé dans votre canton ; j’arrive de Québec.

— Eh bien ! alors, je vais t’instruire… Non, je ne parlerai pas. J’aime mieux que tu sois témoin oculaire du prodige. Es-tu brave ?

— Peut-on faire une semblable question à un ancien zouave pontifical !

— Pardon, j’oubliais. Je retire ma question intempestive, et je t’invite à venir ce soir contempler un spectacle qui sera loin de te faire rire, mon zouzou.

— J’accepte ton invitation, et, à 8 heures précises, aussi exact que le canon du midi de la citadelle, je serai à mon poste. »

Nous allions nous séparer, lorsque ayant réfléchi sur le sens de cette phrase : un spectacle qui sera loin de te faire rire, je lui demandai quelle était cette scène si extraordinaire qu’il voulait me faire voir.

« C’est une maison hantée par je ne sais qui que nous visiterons, puisque tu es si courageux. Tout ce que je puis te dire, tu as besoin de tenir ton chapeau des deux mains.

— Es-tu déjà entré dans cette maison ?

— Oui, certainement, et même plusieurs fois.

— Tiens, belle affaire. Penses-tu que je ne puis pas en faire autant que toi, blanc-bec, qui as peur de ton ombre ? Va ; ce soir, aux rendez-vous. »

Le soir, je rencontre mon cousin, qui me conduit