Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/120

Cette page a été validée par deux contributeurs.


car il redoutait, et avec raison, les quolibets et les épigrammes de ses coparoissiens. On dit même qu’il passa quinze jours sans paraître en public. Devons-nous ajouter foi à cette éclipse totale ? Je ne le crois pas : c’est ma grand’mère qui me l’a dit, et elle ne voyait pas clair.