Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/113

Cette page a été validée par deux contributeurs.


II

Nous avons été bien sages depuis l’autre jour, nous ne voulions pas être privés de la fin de l’histoire du millionnaire. Ma grand’mère tint parole et continua ainsi son récit :


La distance qui sépare le presbytère de la villa du notaire est bien vite franchie ; et les deux millionnaires sont introduits dans un magnifique salon, bien qu’ils portassent des bottes de bœuf. Les carafes arrivent ensuite en nombre incalculable, et l’on se met à trinquer.

Au moment où ils vont monter en voiture pour se transporter à la station, le notaire fait remarquer à Pierriche, qui seul est chargé de toucher l’héritage au nom de la famille, qu’il lui faut de l’argent pour figurer, en arrivant à Québec, au milieu de l’élite de la société. Car un baron doit toujours se faire passer pour riche, quand même il ne l’est pas.

Pierriche. — Vous devez savoir que je n’ai pas un seul sou.

Le notaire. — Tiens, prends ces vingt-cinq louis