Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA CABANE DES FÉES



C’était en 1759. Notre jeune pays était alors plongé dans la plus affreuse désolation. Nos ancêtres, qui avaient arrosé les champs de bataille de leur sang en luttant contre certaines tribus sauvages, commençaient à jouir d’un peu de repos et à se livrer à la noble profession de l’agriculture, lorsqu’ils se virent tout à coup en face d’un ennemi bien plus redoutable que l’Iroquois. Une flotte anglaise, commandée par le général Wolfe, était entrée dans le fleuve Saint-Laurent, et la soldatesque s’était jetée dans les campagnes en mettant tout à feu et à sang. Les habitants, effrayés, quittèrent leurs demeures et allèrent se cacher dans les bois à des distances considérables. Ce fut une panique, une fuite générale, et un grand nombre de nos courageux pionniers, pris à l’improviste, tombèrent sous les balles de l’impitoyable envahisseur. Nos aïeuls se rappellent encore toutes les scènes douloureuses et tragiques qui se déroulèrent à cette époque néfaste. Ce n’était