Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome I, 1930.djvu/101

Cette page a été validée par deux contributeurs.


La mère. — Si ça te fait plaisir, tu peux lire aussi longtemps que tu voudras ; mais tu ne m’empêcheras pas de continuer ma fusée et de servir le bon Dieu comme auparavant. »

Le fils prend alors une pose philosophique et donne lecture d’une lettre.

La mère, connaissant le contenu de cet le lettre :

« Belle affaire !

Pierriche. — Oui, belle affaire ! Et de ce pas je vais chez le notaire. Ça, c’est une tête qui comprend les grandes transactions commerciales. Il va-t-il me défricher cet héritage-là ! Personne autre que lui dans la paroisse ne peut jeter plus de lumière sur cette obscure question. Vous allez voir quelles nouvelles je vous rapporterai à mon retour. »

Au moment où Pierriche se prépare à sortir, le notaire entre au pas gymnastique et tout essoufflé, comme un homme qui aurait été poursuivi par une bête féroce.

Pierriche. — Bonjour, notaire ; je suis bien content de vous voir. Je courais chez vous.

Le notaire. — Qu’y a-t-il donc, monsieur le baron ?

Pierriche. — Comment ! vous savez déjà la grande nouvelle ?

Le notaire. — Tu sais pourtant bien que les roches parlent, et puis, une nouvelle comme celle-là, penses-tu la tenir secrète ? Il y a un moment, je suis