Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Cependant ! objecta-t-elle.

— Vous ne savez donc pas ce que vous êtes pour moi ? s’écria-t-il avec fièvre… Vous êtes ma vie même et je me demande si vous n’êtes pas plus que ma vie… puisque je ne peux plus me figurer le monde sans votre présence… Personne ne vous a aimée et personne ne vous aimera comme je vous aime… C’est impossible ! Et je n’aurais pas le droit de vous aimer ?… Surtout après mes longues, après mes effroyables souffrances ?

— Vos souffrances, fit-elle avidement, vous avez tant souffert ?

L’éloquence envahissait Georges : il éleva une voix pathétique :

— À en mourir ! Que de fois n’ai-je pas été sur le point de me supprimer ! Quels jours j’ai passés et quelles nuits ! Quant à