Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fondante, où les feuillages jetaient une teinte d’aigue-marine, et les lueurs qui coulaient dans la futaie avaient une grâce changeante et une langueur lunaire.

— Est-ce que nous faisons mal ? chuchota Marie. Est-ce que nous avons le droit d’être seuls ici et de nous aimer ?

Une inquiétude aiguë transperça le bonheur de Georges. Il répondit :

— Nous avons le droit de nous aimer !

Cette réponse étonna Marie et la scandalisa presque. Ne luttait-il donc pas contre lui-même et n’avait-il pas de remords ? Ne tenait-il plus aucun compte de Charles ? C’était impossible ! Il avait succombé à une passion plus puissante que sa volonté ; mais, tout en se soumettant à cette chose fatale, il fallait qu’il eût la conscience bourrelée.