Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


femmes ne se bornent pas à exagérer les traits séduisants d’un homme, elles trompent étrangement le « génie de l’espèce », elles vont jusqu’à aimer ce qui leur déplaît par nature.


Le cri de Georges pénétra la chair de Marie. Elle leva des yeux humides et, voulant qu’il se répétât :

— Toujours ?… Alors, je vous ai plu tout de suite ?

— Oh ! oui, murmura-t-il, tandis que la petite main restait posée sur la sienne. Il y avait en vous des choses…

Il chercha quelles étaient ces choses, et ne les trouvant pas, il parla avec agitation :

— Des choses inexprimables… qui ne ressemblaient à rien de ce que j’avais vu chez les autres femmes… votre regard… et